Auriez-vous l’audace de franchir les portes d’une entreprise comme celles du Studio Parallèle à Québec, où l’on offre des cours de Pole fitness? En ce moment dans votre tête, il y a peut-être un long silence radio… Mais il existe toujours deux façons de présenter les choses. On peut faire miroiter un aspect plus attrayant qu’un autre, selon nos besoins argumentaires du moment ou encore nos convictions personnelles. On a donc le choix de nos mots, attitudes, préjugés… Pourtant il n’y a rien comme se renseigner, pour faire voler en éclats les idées préconçues. Et s’il s’agissait d’un sport, au même titre qu’un autre?

« Pride and prejudice » (Dario Marianelli)

Val pole fitness studio parallèle
Valérie, petit singe

D’entrée de jeu, livrons-nous à une petite expérience. Quelle a été votre réaction première en regardant l’image en couverture: surprise, curiosité, colère, honte, confiance, mépris, dégoût même, peut-être? Voilà, on y est; j’avais besoin de comprendre tout le mystère entourant la si méchante pole. Pourquoi éprouve-t-on tant d’émotions différentes face à cette pratique, pourquoi sommes-nous si mitigés devant son existence?

« C’est plus que des préjugés, c’est une réalité. Ça ne donne rien de faire semblant que ça n’existe pas. Oui, il y a une connotation vite associée à la sexualité. Mais au-delà de ça, il y a une activité passionnante à découvrir! » lance Emilie Houle, une des propriétaires du sublime Studio Parallèle à Québec, lorsque j’aborde avec elle l’odieuse question des préjugés (il le fallait bien…). Loin de patiner pour me répondre (au contraire!), elle a choisi la ligne la plus droite possible pour formuler une réponse des plus efficaces, alliant habilement affirmation et audace.

« Pump it » (Black eyed peas)

Emilie Houle pole fitness Studio parallèle
Emilie, coach

C’est un moyen tout à fait honorable de se mettre en forme. Autant que l’athlétisme, le ski de fond ou la boxe si vous préférez! C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles l’agile artiste avec qui j’ai discuté, Emilie, s’est lancée dans cette aventure. Loin d’être aussi adroite à ses débuts, elle mentionne avoir dû faire preuve de beaucoup de persévérance. Mais aujourd’hui, cette carte s’est transformée en un atout majeur, bien logé dans sa manche : « Les erreurs, je les ai toutes faites. Alors maintenant, je sais très bien décortiquer les mouvements. » Effectivement, son enseignement est précis, judicieux et très efficace.

On a tendance à prendre le pole fitness un peu « de haut ». ERREUR! De grandes masses musculaires étant mobilisées, on constate vite l’essoufflement. Étonnant, non? Il faut maîtriser la recette parfaite afin d’effectuer un savant mélange de finesse, de force, de contrôle et de souplesse. Les défis ne manquent pas et c’est justement ce qui confère à cette activité, à mes yeux, un caractère si séduisant. « En fait, je dis souvent que c’est une combinaison de ballet, de gymnastique et… de ninja! » me glisse la talentueuse acrobate entre deux mouvements… N’est-ce pas là une image délicieuse, d’où émane doucement chacun des qualificatifs préalablement énumérés?

« Count on me » (Bruno Mars)

Ce doit être lié à mon esprit de contradiction, mais j’adore lorsque j’ai la possibilité d’avoir la tête en bas dans un sport. Puisque j’avais déjà une base en tissu aérien, même si c’est tout à fait contraire à sa pratique habituelle, Emilie a accepté de me guider pas à pas afin de réaliser une position inversée, pour mon plus GRAND bonheur : face d’exaltée à l’appui…

J’ai aussi bénéficié des conseils des autres participantes, auprès de qui j’ai trouvé une grande ouverture et des encouragements multipliés, stimulant la fierté ardente qu’on se surprend vite à ressentir. Tout cet encadrement positif m’a amené à me dire que, bien qu’imparfaitement exécutés, certains mouvements « m’allaient bien ». Perchée dans les hauteurs, j’ai aimé la possibilité d’explorer, de m’amuser, de refléter à ma propre estime, ses bons coups.

« Stronger (what doesn’t kill you) » (Kelly Clarkson)

Vicky
Vicky, élève

La pole est intimidante au départ, assurément. Mais en gagnant en confiance, on souhaite rapidement approfondir nos connaissances, aller plus loin et entrer en cohésion avec le mouvement. Cela explique certainement le fait que le Studio parallèle ait tout récemment mené ses précieuses élèves jusqu’en compétition. Pour Emilie, il s’agit de l’occasion par excellence pour créer : chorégraphie, costume, chanson… « Autrement, nous n’aurions pas la chance de pouvoir offrir notre art au public. » Et c’est exactement ce qui fait l’excellence des coachs : l’envie de se dépasser, d’approfondir leurs techniques. Et à regarder les yeux déterminés de la pétillante Vicky pendant son entraînement, je dirais que leur but est atteint. La contagion par la passion est bien installée!

À dire vrai, je devrai confier que la méchante pole est loin d’être méchante. À l’inverse; je l’ai trouvée plutôt plaisante, amusante, stimulante et elle a même réussi à combler mon besoin de défi! Ce sport offre autant de vertus pour la Santé physique… que psychologique! Le Studio parallèle constate déjà une immense hausse de sa clientèle; cette dernière n’étant probablement pas sans savoir ce que l’équipe aux commandes offre. C’est-à-dire un milieu sain, sécuritaire et accessible, teinté d’un soupçon de folie, à disperser avec parcimonie autour des participant(e)s. Oui, vous lisez bien, quelques hommes sont inscrits. Serait-ce l’occasion de fracasser un autre préjugé?

Val renverséeValérie-Énergie!

 

Le Studio parallèle, en bref :

Variété de cours, passant de la chorégraphie au yoga,

Cours à la carte ou à la session (12 semaines),

Nouveauté à venir : cours de cerceau aérien 

Pour les inscriptions et consulter la grille-horaire: www.studio-parallele.com

 

 

 

Advertisements