4h50, samedi matin. Le cadran semble me narguer de sa voix nasillarde : « Tu vas vraiment te lever? » Mon sourire le fait taire. Je suis déjà debout, tout feu tout flamme. Il y a si longtemps que le patinage de vitesse trône en tête de la liste des essais sportifs que je veux réaliser; c’est ce matin que ça se passe! La lettre P est donc à l’honneur, pour Plaisir et Patinage. Il vaudrait par contre peut-être mieux calmer mes ardeurs : le feu et la glace n’ont jamais fait bon ménage…

Plaisir et patiencePatinage vitesse Do et 2 patineuses

S’exerceront ce matin à l’aréna 4 personnes décidées (… et matinales!) :  Dominique, Nancy, Isabelle et Caroline la « petite nouvelle », qui a fait ses débuts dans cette discipline cette année. « Souvent, les parents dirigent leurs enfants vers les sports qu’ils pratiquent eux-mêmes. Chez moi, c’est l’inverse. Je me suis mise au patinage de vitesse, au karaté et à la nage synchronisée, parce que ce sont les activités que mes enfants ont choisies! » Avouez que cette vision vous rend, à elle seule, le personnage sympathique, non?

Dominique me mentionne alors que mon plus grand défi sera probablement de trouver mon équilibre : la lame est passablement plus longue, beaucoup plus droite et vraiment plus tranchante que celle de mes patins de hockey, usagés. « Oui, mais moi, je veux aller vite : j’aime ça la vitesse et j’adore patiner! » Il rigole poliment à ma réaction. Ummm… je doute. Est-ce que je saurai avancer suffisamment vite pour sentir le vent caresser mes oreilles?

Avant d’avoir réponse à ma question, il me faudra mettre la main à la pâte. Étant dans un aréna « ordinaire », la patinoire est pourvue d’une bande tout autour. Il faut prendre le temps de la « coussiner », et à double épaisseur dans les coins, afin d’amortir d’éventuelles chutes. Je me dis que je travaille fort probablement pour mon propre sort.

Plaisir et protection

Interdiction de marcher sur les tapis de caoutchouc de l’aréna, avec les patins aux pieds (autant que l’on puisse qualifier ce déplacement de « marche », puisque notre démarche se compare plutôt à une espèce de robot-pingouin sans souplesse…). Les lames fraîchement aiguisées risquent de rencontrer trop d’obstacles au potentiel endommageant. Une minuscule et subtile altération pourrait tout gâcher.

Conseil no 1 : Tâchez de ne pas oublier d’insérer ces accessoires colorés dans votre sac de sport, en partant de la maison.

Enlever un protecteur de plastique, une fois sur l’anneau glacé, est une chose. Enlever le second en est une autre! Ça glisse tellement facilement : incapable de me pencher sans risquer de « m’étendre de tout mon long en petit Bambi » …

Conseil no 2 : La 1ere fois, organisez-vous pour avoir de l’aide à proximité (merci énormément Dominique!)

Plaisir et précisions

Debout sur mes patins, je prends conscience que la sensation est tellement différente, que j’en perds tous mes repères. Je ne sais plus patiner! Si bien que pour rejoindre le groupe au centre de la patinoire, j’avance comme si je voulais « marcher » sur la surface congelée, comme si je n’avais jamais patiné de ma vie. C’est à ce moment seulement qu’une question, pourtant plutôt cruciale, envahit mon cerveau :

« Mais comment freine-t-on? »

Je fais ainsi la rencontre d’Olivier Godin, un des entraîneurs du Club de patinage de vitesse de St-Hyacinthe (le seul endroit où peuvent s’entraîner des adultes, sur la rive-sud de Montréal). Il donne les consignes pour le réchauffement au groupe (15 « petits » tours de piste…) et vient à ma rescousse, pour me donner les enseignements de base :

Patinage vitesse Valérie-Énergie écoute Olivier1-      La position abaissée est de mise.

2-      Seulement il n’y a pas que le dos qui doit fléchir : les genoux aussi doivent plier à cette demande (passablement plus complexe…)

3-      Pour le reste, il suffit de pousser, avec la jambe en extension.

 

 

Conseil no 3 : Faites vos exercices de souplesse à la maison!

Plaisir et pratique

Il s’agit parfois pour réussir, d’arrêter de réfléchir. J’effectue donc une 1ere poussée de côté et je me rends compte que je dois déployer beaucoup moins d’efforts qu’à l’habitude, pour glisser pourtant beaucoup plus longtemps. C’est archi surprenant.

Je ne pratique pas sur le circuit avec les autres. Étant beaucoup trop instable, je représente une certaine menace pour eux, autant que pour moi-même! Je m’exerce donc à l’intérieur des mini-cônes, placés de façon à marquer le tracé à suivre.

J’y suis depuis 3 minutes : mes cuisses brûlent, mes genoux claquent, mon dos ne sait plus comment se placer juste pour se tenir et mes abdos semblent avoir fui je ne sais où…

Même s’il m’est impossible de tourner en croisant les pieds, j’adore cette sensation de bouger en douceur, permettant tout de même de progresser en vélocité. Mais cette petite victoire personnelle me propulsera assez rapidement face à ce qui deviendra mon plus grand obstacle : faire valser les bras, au rythme de mes jambes.

Conseil no 4 : Apprenez à placer le focus sur vos petites victoires.

Plaisir et placement garanti

Il s’agit d’exécuter le même mouvement que lorsque nous marchons ou courons : facile! Non. Niet. Nicht. Instinctivement, je fais tout le contraire. Allez dont savoir pourquoi. Quoi qu’il en soit, je passerai le reste de l’heure à tenter de maîtriser cette coordination qui me semble tout, sauf naturelle.

Patinage vitesse Coach Olivier Godin

J’essaie de suivre le balancé d’Olivier lorsqu’il fait différentes démonstrations à l’équipe, partageant efficacement son temps entre eux et moi. Je tente de reproduire celui de Nancy lorsqu’elle entre dans mon champ de vision. Rien n’y fait. Si j’arrive à recopier la manœuvre en la suivant du regard, je la perds aussitôt qu’elle quitte ma vision périphérique. Rigueur et persévérance!

Conseil no 5 : À vous répéter; la jambe qui pousse amène le bras vers l’avant.

Plaisir à pister

J’entends Dominique et Isabelle qui me parlent parfois; mes oreilles captent quelques bribes de conversations me concernant. Mais je suis étrangement bien ancrée dans le moment présent, m’efforçant de mettre en pratique tout ce que je peux retenir des précieux enseignements d’Olivier.

 

J’ai besoin de sortir un peu de ma tête : je décide alors d’observer mon environnement matinal. Quelle chance de pouvoir constater toute la beauté de ce savoir-faire, tout en finesse. Je suis si émerveillée par tout ce que je vois que j’en oublie de prendre des images de l’équipe en action, qui m’aideront plus tard, à vous transmettre le goût de vous lancer vous aussi. J’aurais aimé pouvoir vous démontrer la grâce, la vitesse et l’agilité des patineurs. Mais il vous faudra l’imaginer par mes simples mots…

Conseil no 6 : Pour canaliser votre énergie, considérez le patinage de vitesse!

Plaisir à profusion!

J’apprends à déplacer mes hanches et mon poids, afin de mieux me positionner pour les virages. Il faut se tenir sur le « quart extérieur » de la lame du patin pour tourner. Autrement, sur le plat, la lame ne fera que glisser bruyamment et n’apportera ainsi aucun support au patineur. Pire, cela lui fera même perdre en vitesse, autant qu’en efficacité. Idem avec les maudits bras. Mais malgré tout, j’ai le privilège de terminer ma séance en côtoyant l’équipe… sur la VRAIE piste : quelle grande joie! Vraiment, je suis aux anges, comblée par ce savoureux moment de bonheur.

Ce délicieux entraînement prendra fin beaucoup trop vite à mon goût. Les 75 minutes de la pratique se sont écoulées à une vitesse vertigineuse. Il aura fallu l’arrivée imminente de la zamboni, pour me sortir de la glace. Vraiment.

Je dirai au revoir à l’aréna n’ayant jamais pu dompter la manœuvre des membres supérieurs… Assurément, je passerai de longues minutes, dans les prochaines semaines, à répéter et à simuler le mouvement. Ainsi lorsque je reviendrai, parce que ce sera le cas, j’aurai maîtrisé la bête! Essayez-le vous aussi; peut-être que cette vidéo saura vous renseigner suffisamment pour comprendre le tout, plus rapidement que moi.

Valérie-Énergie!

 

Le patinage de vitesse, c’est pour vous si:

 

Vous aimez vous dépasser;

Vous voulez améliorer votre santé musculaire et cardiovasculaire;

Vous appréciez le travail de précision et la technique;

Vous cherchez un moyen pour vous ancrer dans le moment présent;

Vous souhaitez travailler en équipe autant qu’en solo.

 

Pour tous les détails : http://patinagedevitesse.wixsite.com/cpvsh

 

*** Le patin de vitesse est tellement différent du patin utilisé pour le hockey, que même la façon de procéder pour l’aiguiser diffère. La manœuvre exige précision, minutie et… beaucoup d’amour! ***

 


SAINES HABITUDES DE VIE

Vous aimeriez insuffler quelques idées sportives à vos élèves et les aider à se découvrir une nouvelle passion, à pratiquer dans le PLAISIR? Souliers de course et Talons hauts  se fera une joie de les rencontrer pour vous aider dans votre mission!

SCTH c'est aussi des conférences

 

Advertisements